L'Association


L’association The Digger Cote 160 a vu le jour le 11 mai 2001, elle est composée d’un petit groupe de personnes originaires de Pozières.

 

"The Diggers" était le surnom donné aux soldats australiens qui durent creuser de nuit des tranchées afin de se rapprocher des fortifications allemandes.

 

La côte 160 est une indication topographique. Pozières est le point le plus haut, ce qui en faisait une position stratégique pour les Allemands qui pouvaient de ce fait dominer la région d’Albert et la route d’Amiens par laquelle étaient acheminés les troupes alliées et le matériel.

 

BUTS DE L’ASSOCIATION

       *

          Promouvoir les relations entre l’Australie et Pozières en France, d’œuvrer pour la mémoire des soldats disparus au cours de la bataille de Pozières 

       *  

         Organiser pour la jeunesse locale et internationale, sur le site historique de Pozières, des activités éducatives autour de la paix

      

       * Favoriser tous les échanges physiques, virtuels, et toutes correspondances écrites pour une meilleure connaissance de nos cultures

 

 * Rechercher et d’assurer le jumelage avec une commune d’Australie.

 

 

Pozières est un petit village d’à peine 300 habitants,

situé au nord de la France, dans le département de la Somme (80).

Cette petite commune qui s’étire le long de la départementale 929 reliant Albert à Bapaume, ne figure dans aucune des encyclopédies grand public,

et pourtant tous les Australiens qui visitent la France connaissent Pozières.

En effet c’est ici que leurs parents, pères et grand-pères, ont participé à l’une des batailles les plus meurtrières de la première Guerre Mondiale.

 

Les soldats Australiens lancés à l’assaut de cet éperon considérablement fortifié par les Allemands, y ont essuyé des pertes terribles avant de prendre le village le 23 juillet 1916 à 00h30.

 

 

Pozières est un village dont l’origine est bien antérieure au XVI ème siècle.

Autrefois il appartenait à la province d’Artois qui y avait installé un poste de douaniers pour en garder la frontière. C’est peut-être de cette fonction que lui est venu son nom de lieu, ou du mot "rumau pose" signifiant "l’endroit où l’on s’arrêtait sur la route".

Oscar Gosselin, instituteur à l’école du village propose une autre version dans sa monographie en 1991 : "- Pozières, ou Posières, vient de Pesières, terres cultivées en pois, c’était probablement la culture principale du village..." C’était à l’origine un hameau composé de quelques chaumières qui attira, de par les avantages de sa situation, un grand nombre d’habitants, notamment ceux de Sérancourt, qui s’y installèrent après la destruction de leur village, lors des guerres de l’Ancien Régime.S

 

Situé sur la route de Contalmaison cette agglomération a complétement disparu. Aux Temps Modernes, les paysans de Contalmaison, Pozières et Courcelette, étaient obligés de faire moudre leur grain au "Moulin de Pozières", qui fut l’objet de combats acharnés entre Allemands et Australiens, lors de la conquête du village, en juillet 1916.

 

1916 : La bataille de Pozières :

 

Le 23/07/1916 à 00h30, la 1ère Division australienne, appuyée sur sa gauche par la 48th (South Midland) Division et après un bombardements de 4 jours, attaquait Pozières depuis le Sud et le Sud-Est. La totalité du village était prise le 25. L’artillerie allemande y plaça alors une terrible concentration de tirs. A l’Est, deux lignes fortifiées allemandes, OG1 et OG2, résistaient toujours à tous les assauts.

 

La 2ème Division australienne releva la 1ère, trop affaiblie. Les 28 et 29 juillet, des attaques échouèrent, avec des pertes élevées. Le 4 Août, les deux lignes tombèrent à l’Est du villlage, et le lendemain les Australiens se retranchaient autour des ruines du Moulin, repoussant de nombreuses contre-attaques.

 

 

 

Le moulin et les lignes OG :

 

La 2ème Division australienne releva la 1ère, trop affaiblie. Les 28 et 29 juillet, des attaques échouèrent

avec des pertes élevées. 

Le 4 Août, les deux lignes tombèrent à l’Est du villlage et le lendemain, les Australiens se retranchaient autour des ruines du Moulin, repoussant de nombreuses contre-attaques.