Fokker DR1


La Première Guerre mondiale, ce sont aussi les premiers combats aériens de l'histoire

Après avoir introduit les tanks dans notre reconstitution historique, nous nous devions d'évoquer les avions surtout que nous sommes situés dans le berceau de l'aviation.Mais quel avion allions nous choisir? Grande question, qui nécessitait de confronter nos points de

vue.Dès le début de la guerre le haut commandement est convaincu de l'utilité de développer l'aviation de reconnaissance, très utile pour l'artillerie. Puis vont se développer les bombardements et la chasse aérienne.Pour notre son et lumière, de quel avion allons nous parler: pourquoi pas un Nieuport 17? mais à Pozières nous sommes en secteur britannique alors un Sopwith Camel?Mais quel pilote s'est particulièrement illustré dans notre secteur? La nom de Von Richthofen revient souvent dans les récits, et d'ailleurs il a été abattu en avril 1918 à une vingtaine de kms probablement par un soldat australien depuis le sol. Tout d'abord inhumé au cimetière de Bertangles, puis au cimetière de Fricourt à 6 kms de Pozières, il a aussi abattu quatre aviateurs alliés dans notre secteur en 1918. Le Baron Rouge, l'as des as allemand, ennemi qu'on disait loyal et généreux, honoré dans notre spectacle, c'est aussi un message de réconciliation et de paix.

Les étapes de la construction:

Un local, des plans, du matériel, nous avons le savoir-faire aéronautique dans notre équipe.  

L' entoilage est réalisé en toile de lin.

 

La toile est coupée avec un surplus sur tout le pourtour (et un retour sur l'autre face pour les bords d'attaque .

On commence par encoller la toile sur le bord d'attaque puis on suspend des poids à l'extrémité de la toile coté bord de fuite, puis on encolle le bord de fuite . 

Lardage

Le lardage consiste à solidariser la toile aux nervures à l'extrados et l'intrados, à l'aide d'un fil en lin ou en polyester. Si elle n'était pas lardée la toile s'arracherait car la surface de contact donc de collage sur les nervures est très étroite. Le lardage s’appuie sur des bandes de tissu appelées jaconas ou galon (entre 2 et 3 cm de largeur). 

 

Après une première passe d’enduit de tension, une bande de renfort est ensuite collée sur le lardage pour le protéger.